J’ai simplement suivi le vent

Le Père Barbieri

L’homme avec le mégaphone

Défini “le mégaphone de la charité ”pour son style qui a pu faire fléchir les consciences d’une Italie en pleine transformation, il fonda COOPI le 15 avril 1965.

Jésuite particulier et travailleur infatigable, le Père Barbieri fut un missionnaire jusqu’au dernier jour de sa vie : il ne se contenta pas de diriger son ONG, mais il s’investit en première personne dans des activités de sensibilisation et de récolte de fonds pour les besogneux.

A’ partir des rues de Milan jusqu’aux districts en Afrique, la priorité, pour le père Barbieri était l’aide aux autres, sans distinctions, sans jugements. Une manière différente de considérer la coopération internationale finalement ouverte aussi au personnel laïque à condition qu’il soit motivé ‘pour coopérer‘ soit comme « assumer le rôle » de « faire les choses ensemble », un à côté de l’autre.

Le Père Barbieri raconte de COOPI

cover-book

“J’ai simplement suivi le vent”

La vie du Père Barbieri, le père du bénévolat international.

J’ai simplement suivi le vent (Edition Missionaria Italiana, pp. 240, euro 14,00, préface de Andrea Riccardi) est le livre qui, en premier, reconstruit l’histoire de COOPI et de son charismatique fondateur le Père Vincenzo Barbieri (1930-2010).

Ecrit par deux parmi les protagonistes et amis du Père Barbieri, le journaliste de Famiglia Cristiana Luciano Scalettari, qui a été pendant des années un opérateur en Afrique et le médecin Claudio Ceravolo, à l’heure actuelle président de l’ONG, Le livre prend forme en débutant par une des phrases les plus connues du Père Barbieri : « J’ai rencontré cette réalité de laïques qui partaient et moi aussi je suis simplement parti en suivant le vent ».

ACHAT DU LIVRE

Les étapes du Père Barbieri

1931
Naissance de Vincenzo Barbieri

L’8 février, à Cortile San Martino, en province de Parma, né le fondateur de COOPI.

1965
Né COOPI

Le 15 avril, Barbieri, avec 18 bénévoles, fonde officiellement la Coopération Internationale avec l’objectif de “envoyer ses propres associés parmi les peuples en voie de développement comme techniciens ”.

1994
Le Père Barbieri se retrait

Quand COOPI est en train d’entreprendre une phase plus mure de son histoire, le père Barbieri à l’humilité de céder le commandement pour reprendre son modeste rôle “d’ouvrier de la vigne du Seigneur ”.

2010
Le Père Barbieri décède

Le 9 décembre, le Père Barbieri décède dans sa chambre en rue de Lemene, entouré par ses amis de COOPI. Ses derniers mots ont été “N’oubliez pas les enfants ”.

Programme pour l’alphabétisation des adultes

Le projet vise à enseigner la lecture, l’écriture et le calcul aux adultes qui vivent dans l’archevêché de Bukavu, en République Démocratique du Congo. Débuté grâce aux premiers bénévoles COOPI de façon spontanée, dans les années ’90 il est devenu un vrai projet de développement, bien structuré et objet de partenariat avec l’archevêché de Bukavu. Actuellement toutes les 31 paroisses disposent d’au moins un centre d’alphabétisation.

Particulièrement intéressante est l’activité conduite dans certains centres qui adhérent au programme, du moment que les bénéficiaires sont des jeunes filles et femmes qui auparavant n’avaient reçu aucune instruction et qui ont été victimes de violence ou emmenées sur les trottoirs.

Dans ces centres, outre à apprendre à lire et à écrire, elles apprennent aussi une activité professionnelle qui peut être précieuse pour leur insertion sociale.

Donnez

Soutien a distance

Barbieri a toujours aidé des milliers d’enfants et de garçons ayant les familles très en difficulté pour payer les tasses scolaires et des enfants non accompagnés, hébergés dans des instituts religieux. En République Démocratique du Congo il a réalisé un programma intégré de soutien à distance avec objectif de soutenir non seulement les enfants mais aussi leurs familles grâce au démarrage de microprojets.

Le Père Barbieri était lié par une affection particulière pour le Centre Ek-Abana de Bukavu, qui accueillaient des filles jetées dehors par leurs familles avec l’accusation de sorcellerie, et aussi des enfants qui vivaient dans les rues. Le Centre, dans le but de favoriser la réunion familiale, a fondé les Comités pour la protection de l’enfance pour former les familles sur l’importance de l’instruction et sur la protection des enfants.

Actuellement il y a 175 enfants du centre Ek-Abana qui, grâce au soutien à distance, peuvent espérer dans un futur plus favorable.

Agissez

L’espoir est ce qu’il y a de plus éradiqué dans l’homme, ce qui lui fournit une force immense, qui peut faire surgir dans un individu qui semble envahi par des difficultés ‘ à première vue insurmontables, des énergies formidables que lui, jusqu’à là, il ignorait complétement

imm-padre-barbieri

Je fus pris par une crise de conscience : Je devais partir ou mieux rester pour organiser ce phénomène toujours plus ample, pour faire de sorte que l’Afrique puisse disposer de dizaines, peut être même de centaines de médecins, infirmiers, enseignants, artisans, agriculteurs ... Je choisi la deuxième solution

padre-barbieri_966481_291236

J’ai commencé avec l’émeraude et avec la soutane et le mégaphone je disais “Avant que vous alliez vous amuser; donnez-moi quelque chose” et je leur remettais l’affiche. Je restais là-bas jusqu’à la fin, onze heures/onze heures et demie et puis, de nouveau je criais “vous vous êtes amusés ? Maintenant aidez, aussi les autres

imm-padre-barbieri

Certes que nous sommes une goutte dans une mer de misère. Mais c’est une goutte qui, où elle tombe, elle fait grandir une herbe qui, demain, peut grandir encore plus et devenir un arbre ou encore beaucoup de petites herbes l’une à côté de l’autre qui en s’élevant, font diminuer le désert

imm-padre-barbieri



Padre Barbieri ultima modifica: 2015-03-03T14:15:04+00:00 da coopi