Appui à la filière arachide et sésame: de la production à la commercialisation

Appui à la filière arachide et sésame- de la production à la commercialisation

Entre 2003 et 2009, la région du Sila, située à l’est du Tchad, fut secouée par les prolongements du conflit du Darfour. Les troubles successifs qu’a connus le Tchad depuis les années 1960 y ont entretenu une insécurité qui n’a pas favorisé les investissements de l’État. Les sécheresses des années 1970-1980 ont provoqué un double mouvement de population, vers les Ouadis et vers le sud. Ce bouleversement a attisé localement des tensions foncières, qui ont préparé les conflits intercommunautaires des années 2000, allumés par le brasier du Darfour (Magrin 2011). Depuis 2004, l’Est du Tchad accueille 260.000 réfugiés soudanais et 180.000 déplacés internes tchadiens, ce qui représente plus du tiers de la population régionale. Une aide internationale pour faire face à l’urgence de la situation est alors intervenue. La baisse de l’insécurité laisse maintenant des besoins immenses en termes de développement. C’est dans ce contexte que COOPI a décidé de travailler sur l’amélioration des conditions de vie des populations rurales.

@Ondine Tsaconas/COOPI Tchad

@Ondine Tsaconas/COOPI Tchad

Les habitants de la région du Sila sont tous des cultivateurs. Ils cultivent des céréales (mil, sorgho) pour leur alimentation, mais aussi de l’arachide et du sésame qu’ils consomment et vendent sur les marchés locaux. Ces deux dernières cultures sont un levier à l’amélioration des conditions de vie des populations rurales. Etant destinées à la fois à la consommation et à la vente elles ont l’avantages de contribuer à la sécurité alimentaire des ménages mais aussi de générer des revenus issus de la vente.

Visite de suivi dans le champ de sesame du groupement des jeunes Al Chabab de Sanour, Goz Beida @Arnaud Bonmarchand/COOPI Tchad

Dans le cadre d’un programme d’appui au développement local du Ministère Tchadien du Plan et de la Coopération internationale, financé par l’Union européenne (10ème FED), COOPI a donc mis en place un projet de deux ans (janvier 2014-janvier 2016), afin de promouvoir les filières de l’arachide et du sésame, c’est à dire la un travail sur l’amont et l’aval de la production de ces cultures.

L’objectif du projet est la valorisation de la filière agro-alimentaire de l’arachide et du sésame, en renforçant les groupements de cultivateurs à l’Est du Tchad, avec une attention particulière aux jeunes et femmes, promouvant les activités génératrices de revenu dans la production, transformation, distribution et commercialisation du produit.

Appui à la filière arachide et sésame- de la production à la commercialisation 4

@Ondine Tsaconas/COOPI Tchad

Afin d’atteindre cet objectif différentes actions ont été mise en places.

  • 30 groupements de producteurs d’arachide et de sésame ont été formés à des meilleures pratiques agricoles durant les deux années du projet. En plus de ces formations, l’équipe du projet effectue un suivi chaque semaine des groupements pour accompagner les producteurs à mettre en place ces nouvelles pratiques. Ces trente groupements ont aussi reçu de la part du projet des semences améliorées ainsi que des outils agricoles.
Appui à la filière arachide et sésame- de la production à la commercialisation 3

Formation au semis en ligne et en poquet @Arnaud Bonmarchand/COOPI Tchad

  • Une étude des filières de l’arachide et du sésame a été produite par des experts de l’Université de Milan. Cette étude permet de comprendre les différents chemins empruntés par les produits à partir du champ du producteur jusqu’au consommateur. Cela permet aussi de comprendre à quels niveau des filières, une amélioration ou des changements sont nécessaires afin que la population locale tire le plus de bénéfice des ces produits.
Appui à la filière arachide et sésame- de la production à la commercialisation 5

Formation à la fertilisation biologique des sols @Arnaud Bonmarchand/COOPI Tchad

  • Les trente groupements initiaux et quatorze supplémentaires ont été formés sur les différents aspects intervenant après la récolte, à savoir le stockage, la transformation et la commercialisation. En plus de ces formations COOPI à construit dans les deux cantons ciblés par le projet un pole multiservice. Ces structures sont des lieux de stockage, transformation, commercialisation et d’échanges entre les différents acteurs des filières. Ils comprennent un bureau, un magasin de stockage ainsi qu’une salle où s’effectue le pressage de l’arachide et du sésame et un hangar où l’arachide est décortiquée. Ces pôles multiservices ont été confiés à des fédérations de groupements déjà existantes. COOPI les a appuyées à travers des formations et un suivi rapproché afin de garantir une bonne gestion de ces structures.
Appui à la filière arachide et sésame- de la production à la commercialisation 6

Décorticage des arachides @Arnaud Bonmarchand/COOPI Tchad

Pour mettre en place ces activités, COOPI à travaillé en partenariat avec l’AMECET (une ONG tchadienne), l’UNIMI (université de Milan) mais aussi avec les représentants des services techniques de la région (ONDR, Ministère de l’Agriculture), les autorités administratives et coutumières.

Au début du projet une enquête a été mise en place pour identifier les spécificités de la zone et réaliser un diagnostique du point de départ des membres des OP. L’engagement et l’implication des autorités locales, de la société civile, et de tous les autres acteurs ont été sollicités et recherchés.

A l’issue de ces deux années, il a été constaté que la majorité des techniques améliorées enseignées ont été adoptées par les producteurs et qu’elles ont eu un impact positif sur la récolte et sur la minimisation des pertes post-récolte.

Appui à la filière arachide et sésame- de la production à la commercialisation 7

@Ondine Tsaconas/COOPI Tchad

Les pôles multiservices sont en fonctionnement et permettent aux producteurs de transformer leur produit à moindre cout. Les bénéfices qu’ils réalisent sont alors plus important et permettent de rehausser légèrement leur niveau de vie. Ces pôles multiservices créent aussi un revenu pour les deux fédérations. Il est prévu que lorsqu’ils seront suffisants ils pourront se servir de l’argent généré pour mettre en place d’autres activités permettant un soutien à ces filières et donc une amélioration des conditions de vie des producteurs. Cet argent pourrais servir par exemple à mettre en place du microcrédit afin de permettre aux ménages le souhaitant de lancer de petite activités génératrices de revenus ou bien d’éviter aux ménages les plus vulnérables de contracter des emprunts à des usuriers lors de la période de soudure pour nourrir leur famille.

Pole multiservice de Kerfi et certains membres bénéficiaires @Arnaud Bonmarchand/COOPI Tchad

Parallèlement à ces résultats, un point positif notable du projet est l’implication des femmes dans toutes les activités et dans les prises de décisions. Cela est remarquable dans cette région où les femmes sont une catégorie marginalisée. Grace au projet, elles sont présentes à tous les niveaux. Elles sont fortement impliquées dans la commercialisation des produits mais aussi sont présentes dans les comités directeurs des groupements de producteurs et dans les comités de gestion des pôles multiservices et bien souvent à des postes clés tels trésorière, commissaire aux comptes.

Appui à la filière arachide et sésame- de la production à la commercialisation 8

Pole multiservice de Kerfi et certains membres bénéficiaires @Arnaud Bonmarchand/COOPI Tchad

Le projet de COOPI est maintenant dans sa dernière phase et toutes les activités ont été disposées de façon que les bénéficiaires puissent les gérer de manière autonome.
Ce que nous espérons pour l’avenir est donc que les résultats très satisfaisants obtenus jusqu’à présent se renouvelleront dans le temps, grâce aux efforts des femmes et des hommes tchadiens, qui travaillent chaque jour avec nous. Seulement dans cet esprit notre action va être considérée réellement efficace, afin que le Tchad conquière une plus grande indépendance économique.

Appui à la filière arachide et sésame- de la production à la commercialisation 9

@Ondine Tsaconas/COOPI Tchad

(écrit par Arnaud Bonmarchand, chef de projet COOPI Tchad)

Appui à la filière arachide et sésame: de la production à la commercialisation ultima modifica: 2016-07-07T11:58:34+00:00 da Developer