Attention à la population ! On commence l’évacuation !

Tabarre_Haiti_2

Le soleil commence à se cacher à Village Gari, à Saint Philomène, Commune de Tabarre. Les enfants profitent des dernières minutes d’éclairage avant qu’il ne commence à faire nuit. Dans le voisinage passe la Rivière Grise qui, à plusieurs reprises lors de fortes averses, a occasionné des grandes inondations. Mme. Molina Orizar, qui habite juste à côté de la Rivière, alors qu’elle moud des grains de café, nous raconte, avoir vu sa maison se déplacer complètement dans les eaux de la Rivière pendant le cyclone Sandy en 2012. Elle a dû déménager avec sa famille chez une amie pendant un an pour ensuite retourner habiter dans une autre zone à risque par manque de moyen financier pour trouver un endroit moins vulnérable.

On voit des personnes qui commencent à se mobiliser, c’est à cause de l’alerte que les Equipes d’Intervention Communautaire (EIC) viennent de passer. On entend par mégaphone le message suivant: ‘On est en alerte orange. Restez vigilants et prêts pour une éventuelle évacuation. Préparez-vos kits d’urgence familiaux’. Les gens commencent à se regarder et à rentrer dans leur maison pour se préparer à une éventuelle évacuation. C’est la consigne que la population a reçue pendant les derniers jours, lors de la sensibilisation faite par les EIC de la zone. Tout est prêt pour donner lieu à l’exercice d’évacuation.

Tabarre_Haiti

Un membre de l’Equipe d’Intervention Communautaire de Saint Philomène, passe l’alerte orange à la population, Commune de Tabarre, Port-au-Prince, Haïti. Photo: COOPI

Dans le cadre du projet DIPECHO «Renforcement des capacités de préparation, mitigation et réponse aux catastrophes des communautés urbaines les plus vulnérables en Haïti», financé par le service de la Commission européenne a l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO), le Comité Départemental de Gestion des Risques et des Désastres de l’Ouest (CDGRD) et COOPI, ont développé une méthodologie pour réaliser des exercices d’évacuation au niveau communautaire et multi-aléas. Aujourd’hui c’est le cas d’un glissement de terrain qui représente un danger à Saint Philomène. En 2012, la communauté a été victime de cet aléa à cause des grandes averses occasionnées lors de la saison cyclonique. Heureusement, il n’y a pas eu de victimes humaines mais les gens du quartier sont restés fortement choqués à cause de la force destructrice de l’évènement.

À 17h10, le Comité Local de Protection Civile (CLPC) transmet l’alerte rouge au Chef de l’EIC de Saint Philomène. Dans le scenario préparé pour le développement de cet exercice d’évacuation, la situation météorologique vient d’empirer, donc il faut impérativement procéder à l’évacuation. La Croix Rouge Haïtienne et les Scouts sont alertés, l’évacuation sera gérée par l’ensemble des divers acteurs locaux. Face à une éventuelle catastrophe, tous les acteurs locaux bien organisés doivent être préparés pour donner un appui à la population.

Le moment est arrivé. À 17h30, la sirène sonne, les sifflets des EIC commencent à se faire entendre, l’alerte vient d’être donnée. « ATTENTION A LA POPULATION !! On commence l’évacuation ! Prenez vos kits d’urgence familiaux, vos enfants par la main et sortez de vos maisons pour prendre la route d’évacuation ».

La population ciblée, environ 120 personnes, commence à évacuer. La route d’évacuation est signalisée par la présence des membres de la Protection Civile et des Scouts, à chaque coin, à chaque carrefour. Il y a des femmes qui portent leur kit d’urgence familial sur la tête. Les enfants regardent tout ce qui se passe autour, sans bien comprendre pourquoi leurs mères ne les laissent pas les quitter, en tenant bien fort leurs mains. On entend une personne se plaindre : c’est une victime qui simule une blessure et qui marche avec difficulté, accompagnée par un Scout. Elle porte autour du cou une enseigne rouge qui indique qu’elle a une plaie grave au niveau du genou. Les EIC ont fait un tri qui permet d’identifier les victimes les plus graves. Ce sont celles qu’auront besoin de recevoir les premiers secours en priorité.

La population commence à arriver au point de rassemblement à la fin de la route d’évacuation. Une ronde commence à se former entre les personnes qui portent des maillots de différentes couleurs et qui représentent tous les acteurs qui participent : L’orange pour la Protection Civile, le marron pour les Scouts le jaune pour les ECI et le rouge pour la Croix Rouge. C’est un cordon de sécurité, qui permet de protéger les victimes et d’effectuer les premiers secours. Les EIC profitent ce moment pour expliquer aux participants les dangers auxquels ils font face en habitant dans cette zone et l’importance d’être bien préparés.

La nuit commence à tomber, et les EIC allument leurs lumières frontales qui éclairent les actions menées par la Croix Rouge Haïtienne. C’est à ce moment-là qu’on voit un membre du Comité Communal de Protection Civile (CCPC) s’approcher du Comité Local de Protection Civil : il est en train de passer la fin de l’alerte. Selon le scenario, il a reçu les indications du Comité Départemental de la Gestion de Risques et Désastres pour mettre fin à l’alerte et communiquer l’information à la population à travers les EIC.

Les gens commencent à se disperser. On voit, alors qu’ils s’éloignent que l’impact de l’exercice est déjà présent : ils partagent des commentaires animés et des photos avec leurs voisins sur l’expérience vécue.

Par Mercedes Aguerre, Chef de Projet DIPECHO Haïti, COOPI

 

Attention à la population ! On commence l’évacuation ! ultima modifica: 2016-03-15T15:50:54+00:00 da coopi