COOPI en Syrie

Articolo_siria

Après six ans du début de la crise syrienne – qui a jusqu’à la fait 400.000 victimes – il y a plus de 12 millions de personnes qui ont dû abandonner leurs maisons et leurs certitudes. On compte environ 1 millions de réfugiés en Europe, 4.8 millions de réfugiés dans les pays proches et environ 6.6 millions de réfugiés internes qui vivent dans des conditions précaires pour ce qui concerne les besoins de base : premièrement la secureté alimentaire. Le district de Damasco en particulier, se trouve situé à la troisième position pour ce qui concerne le soutien alimentaire et à la deuxième place (après Aleppo) pour le nombre de personnes qui nécessitent d’assistance.

Au début le premier projet d’assistance

Depuis l’ouverture de notre siège en Syrie, au mois de décembre, COOPI commencera à partir des premiers jours de février le projet “Soutien alimentaire en réponse à la crise syrienne dans la zone métropolitaine de Damasco” , en collaboration avec la Mezzanine Rouge Arabo-Syrienne (SARC) et avec le financement de l’Agence italienne pour la coopération au développement . Après avoir affronté pendant trois ans l’émergence réfugiés syriens en provenance du Liban, COOPI aujourd’hui cherche à devenir une partie active de la réponse humanitaire de la même Syrie.

Avant les femmes chefs de familles

Le projet de COOPI et de SARC se propose de donner un soutien immédiat aux familles des réfugiés plus vulnérables  dans la partie sud-ouest de la zone métropolitaine de Damasco et dans sa ceinture rurale du sub district de Qatana: celles avec des femmes chefs de famille , celles avec plus de quatre enfants de 0 à 5 ans et celles avec des composants à besoins spéciaux  (par exemple les malades chroniques , les personnes avec déshabilitées , les femmes enceintes ou qui allaitent).

Objectif : autosuffisance alimentaire

Dans la zone d’intervention du projet, le conflit a porté à l’augmentation continuelle des couts de l’alimentation. Actuellement les 436 mille familles de réfugiés enregistrées à Damasco et les 83 mille enregistrées à Qatana chaque mois, dépensent pour les produits alimentaires 21.813 lires syriennes : le  66% de leur revenu moyen mensuel de 33.000 lires syriennes .

Pour favoriser l’autosuffisance alimentaire de ces familles et pour réduire le risque d’abus physiques et d’exploitation sexuelle auxquelles les femmes sont à risque au moment où elles se rendent au marché -toujours plus décentrés et moins surs – le projet prévoit la distribution de kit et de cours de formation pour la réalisations de jardins potagers et de poulaliers qui puisse aider 850  familles assumées par des femmes à vivre convenablement pour un total de 18.000 personnes bénéficiaires. La distribution des matériels et l’accompagnement des bénéficiaires avec des formations sur les lieux où ils interviendront sera géré par des bénévoles SARC, coordonnées par le staff de COOPI présent dans la zone.

De la nourriture et de l’eau : nos secteurs d’intervention

Ce projet est le premier morceau de notre intervention humanitaire en Syrie – explique Uberto Pedeferri, Area manager du Moyen Orient. Après avoir attentivement évalué les besoins et les possibilités d’action, nous sommes ravis de pouvoir commencer notre travail, avec l’aide d’importantes collaborations à niveau local ou international. Notre objectif est celui d’élargir le rayon d’action, soit au niveau sectoriel soit géographique : nous espérons de pouvoir bientôt rejoindre des autres zones avec un état de besoin encore plus fort comme par exemple Aleppo, en œuvrant soit pour l’accès à la nourriture soit à l’eau.

COOPI en Syrie ultima modifica: 2017-01-20T16:03:56+00:00 da Isabella Samà