COOPI, porte-parole des ONG auprès le Conseil de Sécurité de l’ONU

filippo_brisighelli_onu_italia

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a voulu faire un geste de soutien fort à la Centrafrique en envoyant à la mi-mars une délégation du plus haut niveau- composé des ambassadeurs des 15 États qui y siègent- en République Centrafricaine. Cette visite a été l’occasion pour les ONG qui travaillent dans le pays de rappeler aux représentants de la plus haute instance exécutive de l’ONU les énormes besoins humanitaires qu’il faut déplorer encore dans le pays, des besoins qui ne doivent pas rester en second plan à cause de la priorité donnée au processus de transition politique.

Le porte-parole des ONG présentes en Centrafrique a été Filippo Brisighelli, chef d’un projet de COOPI, dont le bailleur est la FAO, dans les villes de Bria (centre) et Boda (sud-ouest). Brisighelli, accompagné d’autres représentants de plusieurs organisations, a exprimé aux ambassadeurs les préoccupations des ONG qui travaillent dans le pays, notamment par rapport à l’accès humanitaire et aussi concernant le besoin d’exiger un respect strict des normes internationales et des Droits de l’Homme pour les personnes qui composent la MINUSCA, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine.

” La situation reste précaire et létale, avec un gouvernement nationale et la communauté internationale en grave difficulté à l’heure de réduire un climat généralisé de manque de sécurité qui met en danger la protection des civils et porte préjudice à la réponse humanitaire en générale “, a transmis le chef de projet COOPI aux représentants du Conseil de Sécurité.

COOPI, porte-parole des ONG auprès le Conseil de Sécurité de l’ONU ultima modifica: 2016-07-07T13:22:32+00:00 da coopi