Dans les pays moyennement lointains

Damasco_Marco_Loiodice

Je suis parti pour travailler et je suis arrivé dans un pays lointain, ou, disons plus précisément, moyennement lointain. (…) Il est comme chaque pays avec choses magnifiques et d’autres moins belles, avec des êtres humains qui vivent et qui subissent les conséquences des unes et des autres.

Celui qui parle c’est Marco Loiodice, Project manager de COOPI, qui a passé trois semaines dans trois pays du Moyen Orient : le Liban, la Syrie et l’Iraq.

Bonjour Marco, pourquoi tu es parti pour le Moyen Orient ?
“Essentiellement pour créer les conditions de base pour étendre et promouvoir le programme de COOPI, bien conscient aussi des mécanismes régionaux existants. Au Moyen Orient il faut et on doit collaborer avec les réalités présentes sur les lieux car elles sont très valables. Au Liban, du moment qu’à l’heure actuelle il n’y a aucun conflit, nous travaillons dans un cadre de conditions de sureté plus stables et c’est pour cela que nous et beaucoup d’autres agences, l’utilise comme centre opératif pour le reste de la région”.

Que fait COOPI dans ces pays ?
“ En Iraq nous avons un bureau à Irbil, dans la région du Kurdistan, et nous préparons notre intervention dans des brefs délais  avec des projets non seulement d’émergence, mais aussi de résilience et de reconstruction qui voient comme bénéficiaires soit les réfugiés syriens qui trouvent un abri dans les champs pour réfugiés, soit ceux qui vivent dans les zones urbaines et sous urbaines. L’objectif est celui d’améliorer leurs conditions de vie , en fournissant les instruments nécessaires pour obtenir des ressource économiques de façon autonome. À Qayyarah, au  sud de Mosul, nous projetons une intervention du genre wash, finalisée à la réhabilitation des implantations hydriques ; nous visons aussi à favoriser la protection. Au Liban, il y a une mission qui a déjà été mise en route à Tripoli qui concerne la cohésion sociale et qui pense à fournir des supports économiques et de subsistance par le biais du travail (cash for wok). En Syrie, nous voulons intervenir auprès de la population la plus vulnérable des deux gouvernorats de l’aire métropolitaine de Damas et nous avons l’intention de faire débuter des projets à Alep aussi ”.

Au mois de décembre dernier, nous avons ouvert aussi en Syrie un bureau COOPI, projet est en cours de structuration pour la ville de Damas. Peux-tu nous fournir des détails supplémentaires ?
“Ici la crise est dans un stade très avancé : 7 millions de personnes n’ont aucun accès à la nourriture et à l’eau ; pendant que 2,9 millions d’enfants et de jeunes garçons n’ont aucun accès à l’instruction. À l’heure actuelle, nous avons un seul projet approuvé par AICS, nommé : initiatives d’émergence en Syrie pour l’amélioration de la sureté alimentaire et des conditions hygiéniques et sanitaires. L’objectif est celui de contraster l’in sureté alimentaire des familles plus vulnérables gérées par des femmes dans la zone de Damas avec la distribution de kit pour la réalisation de potagers urbains pour 675 familles et de kit pour la réalisation de pouliers pour autres 175 familles. Plus en détail, les bénéficiaires de l’action ont été identifiés parmi les familles évacuées et résidentes dans la banlieue sud-ouest de la ville de Damas et dans les villages du district de Qaţanā.”

Dans les pays moyennement lointains ultima modifica: 2017-03-30T11:37:19+00:00 da coopi