Tchad: éducation contre le manipulation

COOPI_Operator with children_landscape

5 Decembre 2017- Ans le bassin du lac Tchad où un grand nombre de familles déplacées en raison de la crise humanitaire pure, COOPI travaille en consortium avec Handicap International pour former 35 enseignants. L’objectif est d’aider et favoriser l’apprentissage de ces enfants dans les centres de d’éducation temporaire «CET», mais aussi de soutenir les enfants, adolescents qui ont besoin d’un soutien psychosocial. Cet apprentissage et le soutien est effectif grâce à un projet de 12 mois financé par ECHO et lancé le 1er juin de cette année, visant à «assurer un accès équitable à une éducation de qualité dans un environnement sûr».

COOPI considère que l’éducation est cruciale non seulement pour les futures perspectives de carrière auxquelles elle donne accès, mais aussi parce qu’elle favorise le développement d’une conscience critique personnelle, qui est à son tour une excellente forme d’autoprotection contre la manipulation psychologique. Cette ressource est particulièrement important si la situation contextualisée du bassin du Lac Tchad, où la force Boko Haram recrute beaucoup ceux qu’on appelle communément  «les enfants soldats» ils sont incapables de résister, aux violences physiques qu’on leur inflige, mais aussi sur l’endoctrinement idéologique et religieux.

Les activités en cours visent à donner un accès à l’éducation des enfants des déplacés « éducation post urgence» d’ailleurs c’est une phase de résilience, mais elles touchent indirectement les parents qui sont les bénéficiaires indirects des actions du projet puisqu’il s’agit de leur progénitures. Allarassem Francis, chef de projet, explique:

 […] La particularité de ce projet est que COOPI collabore avec les membres du réseau communautaire non seulement pour assurer la protection de leurs enfants à travers l’éducation , mais aussi pour s’assurer qu’ils peuvent exercer mener les activités une fois le projet terminé.

COOPI a ouvert 9 centres d’éducation temporaires sur des sites accueillant des personnes déplacées. 720 élèves âgés de 6 à 14 ans bénéficient de ce soutien en éducation. Il est important de préciser que ce projet est mené en partenariat avec  l’ONG française Handicap International qui développe ensemble avec les enseignants une méthodologie inclusive et adaptée à tous les enfants, même ceux en situation de difficultè doivent apprendre. Â mentionner Allarassem Francis:

L’éducation non formelle est un processus dans lequel les élèves apprennent pendant 4 ans avec des méthodes accélérées qui prend en compte, à la fin de la deuxième année, l’intégration de l’aspect pratique qui doit avoir à l’apprentissage de petits métiers (menuiserie, maçonnerie, mécanique). L’autre objectif de cet enseignement vise aussi pour ceux qui le souhaitent intégrer l’éducation formelle et poursuivre des études.

A travers ce financement COOPI  appui 10 écoles de l’éducation formelle dont 2045 enfants aux alentours des sites de déplacés. COOPI a réalisé au total depuis la première année la construction de 5 salles de classes, appuyé les élèves en kit scolaire, octroyé des manuels aux enseignants, aux élèves dans les 10 écoles et enfin formé les associations des parents d’élèves et des enseignants pour une meilleur qualité des enseignements qui sont donnés. Toutes ces activités se poursuivent jusqu’à présentement sur le terrain puisque c’est la deuxième année de ce projet.

Tchad: éducation contre le manipulation ultima modifica: 2017-12-13T12:39:31+00:00 da coopi