Hamat et son droit à un’enfance heureuse

Bambini seduti su tappeto con quaderni

Hamat est un enfant de 12 ans, qui vit à eviron 300km de la capitale Ndjamena, au Tchad. Jusqu’à il n’y a pas longtemps, il était obligé de contribuer à l’économie familiale, en s’occupant du troupeau de boeufs de son père. En décrivant son enfance, Hamat nous raconte: «Je travaillais duremente tous le jours, pour trouver de quoi manger». Hamat montre les cicatrices sur son corps et il ajoute: «Il suffissait de faire une erreur pour être agressé verbalement et physiquement par mon père». C’est justement au cas de une de ces occasions d’aggression de la part de son père, qui est arrivé jusqu’à menacer son enfant de le tuer, que Hamat décide de s’en fuir.

Il passe deux mois dans la rue, avant d’être recuperé par la police et d’être confié à un de centres d’accueils géré par COOPI pour protéger les enfants vulnerables (centre APSOA). À partir de cet istant, sa vie change, parce que non seulement il reçoit tous les soins nécessaires, mais aussi il vit enfin dans un environnement heureux et il peut aller à l’école comme tous les enfants de son âge.

Grâce au projet “Protection de l’enfance et promotion des droits de l’enfant et réduction des violences basées sur le genre au Tchad“, financé par l’Union Européenne, depuis mars 2017, COOPI travaille à fin de renforcer le système de réponse aux cas de violation des droits des enfants au Tchad. Il s’agit d’un projet qui vise à protéger les enfants vulnerables à travers un approche integré, en fournissant aux enfants l’assistence nécessaire (hébergement, nourriture, habillement), l’appui psychosocial et l’acces à l’éducation.

Après avoir vécu pendant une certaine période dans le centre, Hamat affirme: «Je me sens à l’aise au centre d’accueil, je me sens aimé et valorisé car tout le monde s’intéresse à moi e moi accorde l’attention». En outre, il ajoute: «Je me suis étonné d’avoir accèss aux repas sans dévoir faire un travail dure en échange». Et il remarque: «Je me suis surpris que mes encadreurs communiquent avec moi, sans m’aggresser». Le centre est aussi le lieu où l’enfant apprend à vivre à l’intérieur d’une communauté, en prenant connaissance de ses droits et de ses devoirs. Avec les autres enfants, il peut jouer, rigoler, rire et partager son plus grand désire: apprendre à lire et à écrire.

Hamat et son droit à un’enfance heureuse ultima modifica: 2017-07-31T16:36:13+00:00 da coopi