La Coopération italienne n’oublie pas Bangui

Visita del Vice Ministro Mario Giro al progetto di COOPI a Bangui

La population de la République Centrafricaine vit une situation très délicate et  l’Italie n’est pas indifférent : la visite de Mario Giro sur le territoire est un message clair. La mission du Vice-ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale est commencée le 11 Octobre, au cours de laquelle il a ouvert un nouveau siège de la Coopération italienne et il a visité les projets italiens des ONG italiennes présentes sur territoire. COOPI travaille en République Centrafricaine depuis 1974 et de lors elle n’a jamais quitté le pays.

La République centrafricaine est l’un des pays les plus pauvres du monde : il est en train de se remettre de la violence déclenchée par deux groupes armés en 2012, l’ex-Séléka et anti-balaka. En outre, plus de la moitié de la population, 2,7 millions sur un total de 4,6 millions, dépend de l’aide humanitaire pour survivre ; environ un million et demi vit dans une situation d’insécurité alimentaire. Dans ce contexte, COOPI est avec  les réfugiés, les femmes victimes d’abus sexuels et de la communauté soumise à la persécution ethnique-religieux.

Le Vice-ministre Giro a visité le projet de COOPi aujourd’hui 14 Octobre avec l’ambassadeur Samuela Isopi. Le projet est inséré dans le secteur “sécurité alimentaire” et il fournit de soutien à la production et à la commercialisation des produits agricoles en Bangui et dans les zones limitrophes.

L’agriculture représente le 55% de l’activité économique et elle est parmi le secteur plus durement touchés par la crise actuelle. Les activités proposées améliorent les moyens de subsistance de 250 familles d’agriculteurs et de commerçants et, en même temps, réduire le niveau de vulnérabilité dans la région de Bangui.

Le projet est financé par la Coopération italienne et il se développe à tous les niveaux de la chaîne alimentaire, de la production à la campagne dans les environs de la ville, le transport et la fourniture de deux grands marchés, ou des structures pour garantir l’hygiène alimentaire et la formation du personnel sont en train de réhabiliter.

La Coopération italienne n’oublie pas Bangui ultima modifica: 2016-10-14T15:45:25+00:00 da coopi