La violence en République centrafricaine ne s’arrête pas

Bambini PME

Dans ces deux dernières années nos opérateurs sur le champ en République centrafricaine ont assisté ad une augmentation des attaques à la population civile de la part des groupes armés du LRA (Lord Resistance Army). Avec CHF International nous avons réalisé un projet multi sectoriel pour garantir une résilience auprès des victimes du LRA dans une ambient protégée.

Les bénéficiaires directs de notre intervention sont 6.860 en tout. Il s’agit d’un projet focalisé sur la population civile concernée directement ou indirectement par le LRA dans les zones de Obo e Zemio, deux sous-préfectures particulièrement isolées et les plus subjectives à la crise qui traverse tout le pays; en particulier pour les mineurs et pour les femmes victimes de violence basée sur le gendre (VBG). La zone a été, en effet identifiée comme prioritaire pour la protection des femmes et des mineurs. Nous constatons chaque jour, des graves violations du droit humanitaire, et aussi des épisodes de violence sexuelle, VBG et exploitation de mineurs.

D’un côté donc, durant les neufs derniers mois, nous avons individué et pris en charge les mineurs victimes de violence de la part de groupes armés du LRA à travers un programme de formation et de sensibilisation à niveau commun. Nous avons individué et préparé les FAT Familles d’accueil temporaires pour les mineurs échappés aux groupes des forces armées et nous avons fourni un support à l’associations A.F.A.S.V.E.R. (Association des Familles d’Accueil et de Solidarité avec les Victimes de la LRA) créé en 2011. En outre les garçons et les filles victimes de LRA ont été directement concernés dans des activités de formation. Nous avons formé 8 club d’enfance, pour la préparation des plans d’action en cas de risque ou de danger. Enfin nous avons commencé la recherche des familles des victimes et 50 famille sont été réunis.

Journée Femmes Obo-1 - CopiaD’un autre côté, nous avons agi à protection des femmes victimes de violence basée sur le gendre grâce à un programme intégré pour la réhabilitation psychologique et pour la réinsertion socio-économique. En débutant avec une formation  psychologique pour les opérateurs et pour les animateurs du projet, pour ce qui concerne les protocoles d’action et les méthodes de prise en charge des femmes qui subissent ce genre de violence, nous avons activé un centre d’écoute et deux équipe mobiles pour fournir un support psychologique et pour signaler les victimes de violence aux structures médicales actives dans la zone 700 femmes ont été insérées dans un programme de soutien psychosocial qui a prévu l’écoute individuelle, la création de groupes de auto soutien et une patiente activité de médiation familiale  .

Au niveau communautaire, nous avons débuté une campagne de  sensibilisation sur les droits humains, les droits de l’enfance et la VBG, et la résolution des conflits intracommunautaires. C’est grâce à la formation spécifique et à la sensibilisation que nous pensons de pouvoir apporter une contribution efficace au développement des mécanismes de protection communautaire.

La violence en République centrafricaine ne s’arrête pas ultima modifica: 2016-09-04T13:11:26+00:00 da coopi