Soutien à distance : parrainer un enfant pour lui donner un avenir

Soutien à distance - parrainer un enfant pour lui donner un avenir

Parrainer un enfant centrafricain à distance veut dire lui donner une chance d’avenir. La chance dont 502 garçons et filles, bénéficiaires du projet de Soutien à Distance (SAD) de COOPI en RCA, profitent déjà grâce au soutien de particuliers, collectifs et institutions en Italie. Tous ces parrains ont décidé de destiner une somme qui n’arrive même pas à un euro par jour (300 euros par année) à garantir l’éducation et l’épanouissement d’un enfant, de sa famille et de sa communauté.
Natasha Kero, responsable de ce projet, explique : « Le projet de soutien à distance de COOPI se développe à Bangui et dans la préfecture de la Lobaye, en partenariat avec des écoles et centres pour enfants, y compris le Centre de Réhabilitation pour Enfants Moteurs (CRHAM), créé par COOPI, et le centre d’accueil Enfants de Grâce pour enfants sans famille.
Notre priorité, bien entendu, est l’éducation mais, entre nos enfants, il y en a qui sont dans une situation de vulnérabilité extrême, c’est pourquoi nous fournissons aussi des vivres et des soins médicaux aux petits qui en ont besoin. Le soutien à distance ne bénéficie pas qu’aux enfants parrainés, mais aussi à leurs familles et communautés. Par exemple, COOPI prend en charge la réhabilitation des écoles partenaires ».
Parmi les enfants parrainés, quelques-uns orphelins ou provenant de familles très démunies, on trouve beaucoup d’histoires de réussite « Entre les mineurs parrainés qui ont étudié à la paroisse Saint Joseph de Turin, un de nos partenaires à Bangui, nous en avons quatre qui ont déjà commencé des études de Droit et Physique-Chimie à l’université de Bangui. Pour Marvais, un autre garçon qui avait été soutenu par une famille italienne, on a dû chercher une solution alternative parce que, quand il a remporté son baccalauréat technique, ses parrains n’avaient plus les moyens de financer son éducation. Finalement, ce sont les étudiants d’une université italienne qui ont cotisé pour lui payer une formation professionnelle en Banque et Finances ».
La chef de projet souligne aussi les acquis du Centre pour la Réhabilitation des Handicapés Moteurs (CHRAM), une « structure qu’on a créée pour offrir des soins de réhabilitation aux enfants handicapés moteurs. COOPI a financé les matériaux de réhabilitation, l’appareillage orthopédique et la formation. Nous avons déjà pris en charge 43 enfants dont 31 ont fini leur parcours de réhabilitation. Quelques-uns ont guéri et d’autres, ceux qui ont gardé des séquelles permanentes suite à des maladies comme la poliomyélite, ont vu leur qualité de vie très améliorée. Ils ont aussi appris un métier. Je me rappelle du cas de Flavie, une fille qui a les jambes paralysées suite à des complications pendant son accouchement, et qui maintenant suit une formation en couture avec laquelle elle pourra gagner sa vie et devenir autonome».

Soutien à distance : parrainer un enfant pour lui donner un avenir ultima modifica: 2016-07-07T15:14:39+00:00 da coopi